L'image de soi à travers les autres, les photos ou le miroir, tous ces reflets changeants. A lire sur lutetiaflaviae.com

L’image de soi dans le reflet du miroir, sur les photos ou auprès des autres prend une place, plus que jamais, dominante, voire obsessionnelle. Pourtant, quoi de plus instable et changeant, que son reflet ?


 

Depuis plus d’un mois, je veux écrire un article sur “Comment j’ai réussi à me débarrasser de ma cellulite”. J’ai constaté que j’avais vaincu ce vieux démon et je souhaitais partager ma victoire ! Ça me permettait aussi de conclure mon billet sur Ma solution pour combattre la cellulite, l’un des plus lus sur le blog.

Cependant, malheur ! Depuis quelques jours, j’ai l’impression qu’elle revient. J’avais, pourtant, augmenté l’intensité de mes entraînements avec le Bikini Body Guide et je fais attention à ce que je mange. Après une période de relâchement, il fallait qu’elle réapparaisse quand j’avais le meilleur comportement !

 

L’image de soi et les reflets changeants

 

Le reflet du miroir

J’ai donc scruté mon corps de plus en plus souvent, pour vérifier si ce n’était pas mon imagination. Je l’observe le matin, avant et après ma session de sport – comme si la transformation pourrait être déjà visible – puis, de nouveau le soir.

En gros, dès que je me change, je perds un temps fou devant le miroir. Or, s’il y a une chose qui m’énerve, plus encore que la cellulite, c’est de perdre mon temps !

Il faut dire que le miroir est un sacré menteur. Selon l’heure et sa place, il renvoie une image complètement différente.

Chez mes parents, je distinguais surtout mes obliques droits. Chez moi, je vois mieux le côté gauche. Dans la salle de bain, c’est encore différent ! Avec un faible éclairage, je me sens au top. Mais, en comparant avec le soir, je pourrais faire un montage avant / après en écrivant 6 mois d’écart en dessous, que ce serait plausible !

Par conséquent, il faut se méfier des reflets du miroir. Selon la luminosité, l’horaire et sa position qui reste rarement la même, notre image change constamment.

 

Le détail de la photo

La photographie est une preuve “du ça a été”. Oh, Roland Barthes, jamais je n’aurais imaginer te citer dans un article mêlant cellulite et selfies !

J’explique : une photo atteste qu’une chose s’est produite. Bon, à l’époque Photoshop n’existait pas mais, en théorie, le principe reste valable.

Je ne sais pas vous mais, quand je me vois dans le miroir et qu’ensuite je prends une photo, j’ai souvent l’impression d’avoir deux résultats différents !

Pour être honnête, je ne suis pas douée pour les selfies. J’en fais pour me rendre compte de mes progrès physiques ou après avoir fait un test quelconque. En regardant le miroir, je vois, par exemple, mes abdos bien définis. Si je prends une photo juste après, le résultat est souvent moins flatteur.

La photographie dégage une intransigeance. Si elle nous montre comme ça, c’est elle qui a raison ! Le reflet du miroir ne serait qu’une illusion, déformé par ce qu’on souhaite voir. Et bim, prends ça dans le moral !

 

Le regard des autres

Ici, je vise surtout les réseaux sociaux. Lucile Woodward a écrit un très bon article à ce sujet. Dernièrement, j’ai été surprise par le nombre de fesses qui circulent sur mon feed Instagram. Pourtant, je ne suis abonnée à aucun compte douteux ! Il s’agit, simplement, de filles qui montrent leurs propres progrès. Et elles ont raison d’en être fières !

Ce type de photo me motive, chaque matin, à faire mon sport. Toutefois, dévoiler son corps sur internet me laisse toujours perplexe. Y a-t-il des manières de faire, plus ou moins esthétiques, sans rentrer dans l’intime ?

Sur les réseaux sociaux, on peut suivre n’importe qui. Personnellement, je préfère les comptes tenus par des professionnels ou par des personnes semblant garder une attitude saine. Néanmoins, j’en ai vu passer des photos déroutantes, de filles ayant obtenu des résultats effrayants, devant lesquels d’autres s’extasient.

D’autre part, certaines sportives filent de gros complexes. Le matin, je me dis que je n’ai jamais été aussi en forme, que je suis parvenue à la meilleure version de mon corps, jusqu’ici. Après avoir fait un tour sur les réseaux sociaux, je me sens parfois misérable, tellement loin de ces filles au corps de rêve !

Enfin, il existe un étrange phénomène révélateur de la nature humaine. Certains comptes tenus par des personnes privilégiant leur santé, prônant des messages positifs et motivant les autres, s’agacent de recevoir des critiques négatives. Elles seraient trop grosses, trop maigres ou leurs efforts seraient trop faciles.

Est-ce de la jalousie ou de la pure méchanceté gratuite ? Là encore, je ne comprends pas !

Nous sommes tellement habitués à critiquer ce qui se passe à la télévision assis sur notre canapé, bien protégés par notre écran. Maintenant, l’écran de notre téléphone / tablette / ordinateur peut donner l’impression de cette même distance.

Cependant, nous avons la possibilité de laisser des commentaires aux personnes que l’on voit. Or, elles peuvent les lire ! On ne se rend pas compte de l’accessibilité aux autres et que les pensées les plus diverses, même parfois des envies d’humour, peuvent blesser. Du moins, je préfère croire ça plutôt qu’à de la vraie méchanceté.

Peu importe l’image que l’on a de soi, celles qui nous parviennent d’un reflet du miroir, d’une photo, du regard des autres seront toujours différentes.

Je ne veux pas donner de leçons car, je suis du genre à faire un abdo et à regarder si le résultat est déjà visible. Mais, il faudrait sans doute essayer de mettre de la distance avec ces reflets.

 

Et vous, quel est votre rapport avec image et vos reflets ?

Pin It on Pinterest

Share This