Ma critique d'Aleph de Paulo Coelho entre voyages dans l'espace et le temps à découvrir sur lutetiaflaviae.com

Publié sur AgoraVox.fr, le 20/10/2011.


Parut le 5 octobre chez Flammarion, Aleph est le nouveau roman de Paulo Coelho. Depuis L’Alchimiste (1988), l’œuvre du brésilien est traduite en 73 langues et publiée dans 168 pays.

Devenu un phénomène sociologique impressionnant, il se distingue en étant très actif sur les réseaux sociaux et en soutenant le piratage de ses œuvres sur internet.

Pourtant, à 59 ans, malgré la gloire et son rêve réalisé, le célèbre auteur traverse une crise existentielle qui le mène à voyager à travers l’Europe et la Russie pour se retrouver.

Aleph de Paulo Coelho

Dans ce texte « 100% autobiographique », Hilal, une violoniste aux « cheveux noirs », s’impose au narrateur-auteur, persuadée qu’elle a pour mission de l’aider. Une photo postée sur son blog nous dévoile une Hilal… blonde.

Ce détail, pourtant insignifiant, questionne les limites de l’autobiographie et la part de fiction dans le récit, notamment quant à sa relation ambiguë avec la jeune fille de 21 ans. C’est dans son regard que l’auteur découvre l’Aleph dans le Transsibérien :

 

« le point contenant tout l’Univers au même endroit, au même moment »

 

et ce qui les lie depuis plusieurs centaines d’années. En effet, il s’agit de vies antérieures, mais quand on connaît l’œuvre de Paulo Coelho, rien de nouveau.

D’ailleurs, il n’innove pas vraiment : voyage initiatique, quête spirituelle en lisant les signes du destin, vivre le moment présent en appréciant la simplicité des choses… Même inspiration : Borgès (L’Alchimiste, Le Zahir), même schéma, mêmes maximes.

Cependant, ces récurrences font peut-être sens cette fois : l’auteur doit réapprendre ce qu’il a déjà appris. Malgré son succès, il doute toujours. Alors, renie-t-il ce qu’il a déjà écrit ? Je crois plutôt qu’il montre qu’il est simplement humain.

Qu’arrive-t-il après avoir réalisé ses rêves ? Paulo Coelho nous répond que le chemin ne s’arrête pas là, que la vie continue et lui, du moins, éprouve toujours le besoin d’évoluer.

Accusé d’être un gourou New Age, il ne promet pas le bonheur, lui le cherche encore en dépit de ses quatorze précédents romans. Je pense qu’il l’envisage davantage comme un pari à l’image de celui de Pascal :

 

« C’est ce qui rend la vie intéressante, croire aux trésors et aux miracles. » Paulo Coelho Cliquez pour tweeter

 

D’un point de vue stylistique, difficile de juger une œuvre traduite.

Décrié par la critique lui reprochant souvent ses phrases simples ou clichées, il leur répond et offre par la même occasion un point de vue méta-textuel. Il décrit en partie l’envers du décor du métier d’écrivain, ses mécanismes d’écriture, la relation avec les éditeurs et les journalistes.

Avant de devenir auteur de best-sellers à 40 ans, Paulo Coelho avait déjà derrière lui une carrière de compositeur pour le chanteur Raul Seixas, de journaliste et de scénariste. Et si son choix était justement de livrer au lecteur une histoire épurée mais, efficace et, surtout, accessible ?

Donneur de leçons ou victime de son succès, que l’on adhère ou pas, le nombre de ses ventes montre que le livre n’est pas mort et si certains parviennent à s’évader ne serait-ce que le temps d’une lecture… Est-ce si mal ?

Et vous, avez-vous déjà lu un livre de Paulo Coelho ?


Pour en savoir plus

* Aleph, de Paulo Coelho

Pin It on Pinterest

Share This